Shadow
custumtemplete - Radio Tayna

La société civile s’oppose à l’augmentation des tarifs pour les élèves finalistes au Nord-Kivu

La société civile, coordination provinciale du Nord, juge exorbitante la somme que le gouvernement provincial du Nord-Kivu exige aux élèves finalistes du secondaire pour la passation des examens d’État de l’exercice 2023-2024. L’arrêté de l’autorité provinciale du 12 février dernier fixe à 130 mille francs ces frais, qui étaient de 90 mille francs congolais l’année scolaire précédente. Madame Julienne KASILAMO, leader de la thématique « Éducation » au sein de cette structure citoyenne, appelle les autorités à tenir compte de la réalité du moment :

« Est-ce qu’on a tenu compte de la réalité socio-économique ? Les parents n’ont rien. La ville est enclavée. Nous avons plusieurs déplacés. Où vont-ils trouver l’argent pour payer 130 mille francs ? Que prévoit le ministère de tutelle face aux parents sans moyens ? »

En réponse, la conseillère principale du gouverneur militaire en matière d’éducation reconnaît que la province est en difficulté, mais c’est un comité technique, au sein duquel les représentants des parents ont proposé ce montant au gouverneur. PRISCA LUANDA rappelle également que le taux de change du dollar a également joué un rôle :

« Le taux a fluctué. Lorsque les frais étaient fixés à 90 mille francs, le taux était à 2000 FC. Certes, la province est affectée. Nous menons un plaidoyer pour que le gouvernement central nous vienne en aide. Mais les parents doivent savoir que ces frais interviennent dans le transport des malles d’examen, les honoraires des correcteurs, etc. Et donc, si on ne paie pas ces frais, la province risque de rater l’examen. »

Notons que ces frais sont subdivisés en 75 mille francs pour les examens hors session passée après le 17 février dernier et le reste pour la session ordinaire. Ces frais prennent en charge le transport des malles d’examen, les honoraires des correcteurs et des surveillants, a indiqué l’inspecteur principal de l’EPSP au Nord-Kivu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *