Shadow

L’ancien président de la RDC accusé d’être derrière la guerre du M23 dans l’Est de la RDC

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), accuse l’ancien président de la RDC d’être derrière la guerre du M23 dans l’est de la RDC. Lors d’une réunion politique à Kinshasa samedi, devant les sympathisants de ce parti au pouvoir, le secrétaire de l’UDPS a affirmé que Joseph Kabila s’est clandestinement exilé du pays, appelant les partisans de l’UDPS à ne pas se laisser manipuler.

Mais que retenir de cette déclaration de celui qui a été désigné comme informateur par le chef de l’État en vue de la formation du nouveau gouvernement ? Augustin Kapila, communicateur de l’UDPS à Goma, avance quelques arguments.

« Il y a des preuves palpables. Normalement, lorsque la RDC est attaquée par un pays voisin, un ancien président de la République doit faire une déclaration, doit condamner le pays agresseur. Mais Kabila ne l’a jamais fait. Il n’a même pas exprimé de compassion envers le peuple congolais. Nous voyons aujourd’hui que les politiciens du PPRD se rallient au criminel de Nanga à Bunagana pour faire la guerre. Certains cadres du PPRD nous avaient prévenus qu’un coup de force aurait lieu avant les élections. Tout ce que nous voyons aujourd’hui confirme que le PPRD, avec tous ses alliés, y compris M. Kabila, est derrière la guerre », affirme-t-il.

Il a également affirmé que c’est Joseph Kabila et sa famille politique qui bloquent l’avancement du pays.

Nous avons tenté de contacter le secrétaire fédéral du PPRD ici au Nord-Kivu, mais sans succès.

De son côté, MUYISA HANGI Christophe, activiste au sein du mouvement citoyen, estime que ces propos traduisent une admission de faiblesse de la part de l’UDPS :

« Nous sommes surpris des propos tenus par Augustin Kabuya, qui accuse Joseph Kabila d’être derrière la guerre dans l’est du Congo. Cela fait six ans que Tshisekedi est à la tête de notre pays et a la possibilité de placer sous résidence surveillée tous ceux qui sont soupçonnés d’être derrière la guerre. L’UDPS avait rompu avec la coalition FCC-CACH qui leur avait donné le contrôle total de notre pays. Accuser les autres d’être responsables de la mauvaise gouvernance et du sous-développement de notre pays est extrêmement irresponsable ».

Aucune déclaration officielle du PPRD n’a encore été faite à ce jour en réponse à ces allégations.

Prosper HERI NGORORA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *