Shadow
custumtemplete - Radio Tayna

Goma : Le nombre de morts dans la manifestation serait plus que sept, il faut des enquêtes.

Jimmy NZIALY Lumangabo demande qu’il y ait des enquêtes sérieuses pour établir le vrai bilan sur le nombre de morts lors de la répression de la manifestation de la secte Uzima wa neno Wazalendo ce mercredi au quartier Ndosho. Pour cet acteur politique, le bilan de 7 personnes tuées et 17 blessées ne reflète pas la réalité. Ce candidat député provincial veut voir des sanctions infligées à celui qui a intimé l’ordre de tirer sur ces civils qui n’étaient pas armés. JIMMY NZIALI LUMANGABO :

« Comme il y a le goût du pouvoir au nord Kivu, les autorités de l’état de siège ne veulent pas lâcher le pouvoir, alors il faut qu’il y ait des situations qui vont leur faciliter de montrer à Kinshasa qu’au nord Kivu ce n’est pas le cas, tout est en noir et qu’on ne devrait pas lever l’état de siège. Alors on donne l’image que le wazalendo groupe armé réserviste qui sont au côté de FARDC que ce sont ceux-là qui vont marcher pour demander le départ de la Monusco, mais on refuse de montrer à la communauté internationale et aux autorités de Kinshasa que c’est une secte non armée qui souvent a des lances comme signe du retour à l’authenticité selon leur religion. Nous pensons que la société civile, la communauté internationale et le mouvement citoyen doivent se lever pour punir le responsable de ces massacres qui viennent de se commettre en ville de Goma ».

Pour rappel, le gouverneur militaire via son porte-parole a parlé d’une secte mystico-religieuse qui voulait porter atteinte à la sûreté de l’État :

« Il vous souviendra que ce prophète manipulateur avait été reconnu auteur de cas similaires qui avaient encore causé la mort de plusieurs personnes au sud Kivu. À cet effet, les forces de défense et de sécurité ont pris toutes les précautions et ont stoppé les aventures de ce faiseur de troubles jouant les jeux de l’agresseur M23. À l’heure actuelle, le bilan provisoire se présente comme suit : dans le rang des forces de sécurité et de défense, un policier lapidé à mort et plusieurs blessés du côté FARDC. Dans le rang des adeptes, 6 morts et quelques blessés, et 158 arrestations. Ainsi donc, le gouverneur militaire du Nord Kivu Ndima présente ses condoléances à la famille des victimes disparues et sa compassion aux blessés. »

Un jour après cette manifestation réprimée des fidèles de la secte Uwezo wa neno wazalendu, les réactions fusent de partout. L’opposant Moïse Katumbi croit qu’il ne fallait pas tirer sur des manifestants non armés. La vie humaine est sacrée.

Love KATSONGO

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *