Shadow

Félix AntoineTshisekedi place son deuxième mandat sous la lutte contre la pauvreté et l’insécurité

L’investiture du président Félix Antoine Tshisekedi s’est déroulée comme prévu, ce 20 Janvier 2024 au stade des martyrs, à Kinshasa. Vainqueur de l’élection présidentielle du 20 décembre dernier, le désormais Président de la République du Congo Kinshasa à sa propre succession a prêté serment devant la Cour Constitutionnelle et s’est engagé au respect de la constitution, des lois et à  la défense de l’intégrité du territoire. 

De nombreuses personnalités venues de l’étranger, ont rehaussé de leur présence, la cérémonie d’investiture. C’est le cas du Président Macky Sall du Sénégal,  Cyril Ramaphosa de la République d’Afrique du Sud, Evariste Ndayishimiye du Burundi, William Ruto du Kenya, Hakainde Hichilema de la Zambie, Denis Sassou Ngwesso du Congo Brazza, Joao Laurenço de l’Angola et Archange Tuadera de la République Centrafricaine. Paul Kagame aura été le grand absent de cette grande messe politique, ce qui ne surprend pas vu les tensions actuelles entre la RDC et le pays de mille collines suite à son soutien aux miliciens du M23 qui continuent à mener une guerre meurtrière à l’est du Congo. 

Dans son discours, le président Félix Tshisekedi, pour son deuxième quinquennat a indiqué que son rôle va se résumer à travers les six objectifs suivants: 

  • Premièrement, de créer plus d’emploi, en accélérant notamment la promotion de l’entreprenariat des jeunes ;
  • Deuxièmement, de protéger le pouvoir d’achat des ménages en stabilisant le niveau de l’inflation et en maîtrisant le taux de change ; 
  • Troisièmement, d’assurer avec beaucoup plus d’efficacité la sécurité des populations et de tout le  territoire national et ce, au moyen d’une restructuration profonde de l’appareil de sécurité et de défense et par la poursuite du renforcement de la diplomatie ;
  • Quatrièmement, de poursuivre la diversification de l’économie de la RDC et d’accroître sa compétitivité en optant pour la transformation des produits agricoles et miniers bruts sur le sol congolais ; 
  • Cinquièmement, de garantir plus d’accès aux services de base en veillant à l’extension des programmes tels que ceux de la Couverture Santé Universelle, de la Gratuité de l’Enseignement et du Plan de développement local de145 territoires; et enfin,
  • De renforcer l’efficacité des services publics. 

Face aux critiques de son premier mandat suite aux promesses non tenues, Félix Tshisekedi a semblé donner une réponse en disant, « tirant les leçons de l’expérience passée et ayant à l’esprit vos aspirations exprimées, je m’engage à user de tout ce qui est en mon pouvoir pour que les erreurs du passé ne se reproduisent plus et pour que les actions nécessaires à l’avancement de notre pays soient promptement prises ».

Notons que la RD Congo, un pays aux multiples richesses minières, forestières, hydrologiques et agricoles se retrouve parmi les pays où l’on recense encore des foyers affamés, sans accès à l’eau potable et des jeunes désespérés qui deviennent chômeurs après leur diplomation.  Le changement de paradigme dans le secteur socio-économique des congolais va exiger autour du Chef de l’Etat, un gouvernement et une administration d’une haute rigueur dans la gestion de la chose publique ainsi que l’équité dans la distribution des richesses du pays. 

Jacques Vagheni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *