RDC: Le M23 se dit prêt à se retirer des zones qu’il occupe

Visites:15
crédit-photo: MédiaCongo

Le M23 se dit prêt à amorcer le désengagement et à se retirer des zones qu’il  occupe. Mais la rébellion donne certaines conditions. Dans cette annonce contenue dans un communiqué rédigé en anglais et rendu public ce mardi dans la soirée sur la toile,  le M23 exige trois choses. Une réunion avec la force régionale de l’EAC,  une réunion avec le médiateur du mini-sommet de Luanda et  enfin un dialogue les autorités de Kinshasa.

Dans un meeting populaire ce mardi 6 décembre 2022 à Rutshuru centre, le porte-parole militaire de la rébellion confirme que le M23 se courbe aux résolutions du mini-sommet de Luanda ou les chefs d’Etat ont décidé que la rébellion se retire. « Nous sommes prêt à aller et fermé nos bagage mais nous irons ou ? » a lancé Willy Ngoma porte parle du M23.

Après ce meeting, le M23 a libéré plusieurs véhicules des commerçants qui transportent des marchandises et qui étaient bloqués à ce lieu depuis presque 1 mois. Mais sur terrain, la réalité est autre. Plusieurs sources confirment que le M23 continue à renforcer ses troupes dans les zones de Bunagana et jomba dans la chefferie de Bwisha. Dans l’autre chefferie de Bwito, on a assisté ce mardi à des violents combats qui ont opposé les FARDC au même mouvement du M23 à 20 kilomètres de la cité de Kichanga. Plusieurs sources confirment que trois groupes armés qui se sont concentrés dans cette zone depuis une semaine s’en ont aussi mêlé. Ils disent protéger la cité de Kichanga. Ce qui a déjà poussé que cette cité du territoire de Masisi enregistre beaucoup de cas de vols, ne sachant pas qui attribuer.

Des vaches des certains opérateurs économiques ont été même égorgés par certains éléments armés qui declarerant que cela va servir comme ration pour le combattants qui se donnent pour protéger la patrie.  Par rapport à cette embéguiné sur le départ ou non du M2 , un analyste politique croit qu’il y a une incompréhension  entre les hommes de troupes  et sa  hiérarchie.

Notons que lors de la clôture  des pourparlers de Nairobi ce  mardi, les autres groupes armés ont décidé de déposer les armes.  D’autres discussions pourrons suivre à Goma et Bukavu d’ici janvier prochain.

Jérémie KIHAMBU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *