Ouganda: Muhoozi  Kainerugaba limogé de ses fonctions de chef de l’armée ougandaise 

Major General Muhoozi, the former commander of Uganda's Land. Forces, is officially sworn in as the new Ugandan Chief of Defence Forces in Kampla on January 17, 2017. - Muhoozi is the son of Uganda's President Yoweri Museveni and was promoted to the position during a recent military reshuffle. Museveni this month will celebrate 31 years in power and political analysts believe that he is grooming and promoting his son to be in a position to take over the Presidency in the years to come. (Photo by PETER BUSOMOKE / AFP)

Visites:62

Muhoozi  Kainerugaba, fils de Museveni  vient d’être limogé de ses fonctions de chef de l’armée de terre ougandaise  depuis ce mardi 4 Octobre 2022.

Le ministère de la défense ougandaise a, dans un communiqué annoncé qu’il est remplacé par le lieutenant général  Kayanja Muhanga. Selon le média britannique The Guardian, cette décision arrive quelques jours après que ce dernier puisse déclarer qu’avec  son armée, il peut conquérir Nairobi dans deux semaines. Il a ensuite ajouté qu’Uhuru Kenyatta aurait dû se représenter au troisième mandat lors des précédentes élections au Kenya.

Une décision saluée par Ernest Sengoma qui a toujours critiqué les sorties de cet officier ougandais sur les réseaux sociaux.

 « Je  ne suis pas surpris de son limogeage parce qu’il ne s’inscrivait pas dans l’esprit de l’East african community. Je lui ai maintes fois fait observer qu’un militaire ne peut pas avoir un comportement des politiciens, doit rester droit dans ses bottes. Malheureusement, Kainerugaba profitait pour faire des tweets inappropriés. Le président ougandais a tiré toutes les conséquences de sa communication que je qualifierai des farfelues. Nous pensons que nous pouvons amener la paix dans la région des Grands-lacs et  donc tourner la page de celui que j’appelle troubadour » tranche Ernest Sengoma.

Le 14 Juin 2022, le président de l’assemblée nationale de la RDC Christophe Mbosso  Nkodia avait révélé que les membres du législatif congolais avait refusé de ratifier un traité que le gouvernement avait signé avec l’Ouganda sur la construction des routes à la frontière.

Prosper HERI NGORORA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *