Accueil Actualités Covid-19 : Savez-vous qu’il faut au moins 3 à 4 masques par...

Covid-19 : Savez-vous qu’il faut au moins 3 à 4 masques par jour et par personne ?

408
Crédit photo : Tiers

Le port du masque facial communément appelé cache-nez est l’un des moyens efficaces à privilégier dans la lutte contre le coronavirus…

Toutefois, pour être meilleur, il faut qu’aux cotés de cela, le respect d’autres mesures barrières entre autre la distanciation sociale, le lavage régulier des mains à l’eau ou soit la désinfection des mains au gel hydro-alcoolique, tousser ou éternuer dans le creux du coude,…

C’est le gros du message de l’infirmière Julie Mishonia, responsable du service de « Prévention et Contrôle des Infections PCI » à l’Hôpital Charité Maternelle à Goma au Nord-Kivu.

Elle répondait aux questions de John Tsongo à travers l’émission Afya yetu, un magazine diffusé sur la Radio Tayna.

Au micro de John TSONGO, présentateur de ladite émission, Julie Mishonia a expliqué aux auditeurs que le port du masque permet d’empêcher au porteur d’avaler les gouttelettes de salive de son interlocuteur, vecteurs par excellence du coronavirus.

L’invitée a ensuite mis au point tous les usagers du masque d’être prudents vis-à-vis des heures ou du timing durant lequel un masque doit être porté. Elle a rappelé qu’il faut au minimum 3 heures et qu’à chaque fois il faut l’ôter pour pouvoir respirer l’air pur. Elle a insisté sur le fait qu’il convient mieux de lessiver et repasser son cache-nez afin de le désinfecter.

Par jour, il faut donc pour chaque individu, 3 à 4 masques pour se rassurer qu’en le portant on ne se contamine pas en même temps.

S’agissant des précautions à prendre, l’interlocutrice a expliqué à l’opinion qu’il convient mieux d’éviter de toucher le masque de temps à temps pour ne pas courir le risque de se contaminer via les mains.

S’exprimant en guise de conclusion, Julie Mishonia a pris le courage de rappeler aux milliers d’auditeurs de la Radio Tayna qu’au-delà des mesures barrières à observer pour endiguer le coronavirus, l’engagement communautaire est aussi une vertu à ne jamais bafouer en disant je cite :

« Je lance un appel à tous ceux qui continuent de penser que la maladie n’existe et qui disent qu’ils ne croiront que lorsqu’ils auront vu les malades… d’arrêter ce genre de comportement et se méfier des rumeurs, car nous  ne pourrons éradiquer cette maladie que lorsque nous aurons pris conscience de sa dangerosité… la maladie existe !

Nous ne pouvons jamais montrer les malades affectés par cette pandémie,… C’est contre la déontologie professionnelle…. Mais nous qui traitons, nous qui restons tout le temps avec les malades, nous savons que la maladie est là, l’essentiel est de nous protéger et éviter de contaminer notre entourage,… » Fin de citation.

John TSONGO

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait