Accueil Actualités Le parc de Virunga compte récupérer  un espace  de 1770 hectares déjà ...

Le parc de Virunga compte récupérer  un espace  de 1770 hectares déjà  envahi dans le groupement Binza.

88
crédit-photo: national géographic

Problématique des limites du Parc National  des Virunga dans le Rutshuru,  Le PNVI compte récupérer un espace de 1770 hectares déjà envahi dans le groupement Binza.  Ainsi, Une commission provinciale mixte  pour la mise en œuvre a été mise en place.

C’est ce qui ressort du rapport qui a sanctionné  les travaux de restitution de l’analyse technique et cartographique de la limite du Parc National des Virunga en Groupement Binza, territoire de Rutshuru le weekend dernier en ville de Goma. 

Les animateurs de ladite  commission  ne sont pas encore connus. Ils seront désignés incessamment. Ils pourront effectuer une descente sur le terrain lors de la démarcation participative de la limite légale du PNVI  dans cette partie de la chefferie de Bwisha précise le rapport rendu public ce lundi par le service de communication de l’institut congolais pour la conservation de la nature, parc National de Virunga.

Les résultats des analyses faites montrent qu’il existe une grande différence entre la limite supposée par la population et la limite légale définie dans le texte de loi et dont le repère est clairement positionné sur toutes les archives cartographiques indique le même document. L’argumentaire de la population est basé sur la confusion quant à la piste ayant été utilisée comme point de repère dans le texte de loi. La population fait référence à une piste qui se dirigeait vers le village de Busagiri et Kiguri. Elle utilise à tort cette piste comme référence de la limite en lieu et place de la piste principale Rutshuru-Kalimbo-Kabare.

Une nouvelle qui bouleverse certains habitants  dans cette entité qui croient plus tôt que l’ICCN qui veut les étouffer fait savoir Aimé Mukanda, Notable local.

Notons que depuis 1989 les limites du parc National des Virunga divisent l’institut congolais pour la conservation de la nature aux populations riveraines. Ce qui a  poussé certains agriculteurs à envahir cette aire protégée. Cela a été à l’origine  de plusieurs incidents qui ont accouché  souvent à des tensions populaires. L’ICCN croit qu’avec la délimitation participative, une solution durable sera trouvée car le Parc a récupéré,  à la suite de la démarcation de 2015 et la construction de la clôture électrique entre 2019-2020  83 ha ont été récupérés.  Toujours suite à  la démarcation de 2015 et la construction de la clôture électrique de 2021 ; 1 044.3 ha ont été récupérés indique la même source.

Jérémie KIHAMBU

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait