Accueil Actualités RDC : Reprise du procès 100 jours à la cour de cassation à...

RDC : Reprise du procès 100 jours à la cour de cassation à Kinshasa

54
Vital Kamerhe. C. P : dw.com

Le procès 100 jours dans lequel est accusé Vital Kamerhe  pour des derniers public a repris  en appel  ce lundi à la cour de cassation à Kinshasa. Cette cour vient de casser  l’arrêté  de la cours d’appel qui avait  condamné l’ancien directeur de cabinet du chef de l’Etat, à 13 ans des travaux forcés. Ainsi, elle  renvoie  le dossier pour être rejugé, à en croire actualité.cd.

Pour les militants de l’Union pour la Nation Congolaise,  son parti politique à Goma, ceci prouve que la justice veut se racheter en acquittant leur président. Propos de Musa Zihalirwa l’un des communicateur de l’UNC, fédération urbaine.

« Nous savons que Kamerhe n’a jamais détourné et donc nous avons espoir que Vital Kamerhe va être acquitté et va donner quelque chose pour le pays comme l’avait dit le président Felix Tshisekedi. Nous sommes confiants qu’il va être acquitté pour que la justice congolaise recouvre son image au lieu de celui de la honte. » a – il témoigner.

Et si Kamhere est condamné soit acquitté, quelles en seront les conséquences sur le plan politique  en RDC? Tentative de réponse avec le chef des travaux Ngoy Mwanabwanga analyste indépendant.

« Au cas où il s’acquittait ce que la rumeur qui circulait de son éventuelle entrée dans les institutions c’est possible. Mais au cas où on le condamnait alors ça sera le divorce politique avec son ami qui est au pouvoir. Surtout comme il est déjà à l’extérieur sinon il reste la si on le condamnait. Entre les deux probabilités, au stade actuel, c’est possible qu’il soit acquitté parce qu’il bénéficiait déjà d’une liberté provisoire. »

Notons que le président de l’UNC, Vital Kamerhe avait bénéficié d’une liberté provisoire en décembre dernier. Il s’est directement envolé  en  l’Europe pour bénéficier des soins de santé. Il a été condamné  en juin 2020 dans l’affaire de détournement des fonds destinés à l’achat des maisons préfabriquées, d’abord au premier degré pour 20 ans et en appel pour 13 ans.

Fiston MUHINDO

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait