Accueil Actualités Les garde-malades se lamentent de mauvaises conditions dans lesquelles ils passent nuit...

Les garde-malades se lamentent de mauvaises conditions dans lesquelles ils passent nuit dans des hôpitaux à Goma

151
Crédit-photo : seneweb.com

Quelques habitants de la ville de Goma, surtout ceux qui ont été garde-malades se lamentent du fait qu’ils sont oubliés pour une bonne prise en charge dans différentes structures sanitaires à Goma.

Certains rencontrés dans les rues de Goma disent que souvent, il leur est difficile d’accéder aux bonnes infrastructures qui peuvent leur permettre de passer aisément leurs nuits.

Ils s’expriment à l’occasion de la journée mondiale des malades ce 11 février :

  • « J’ai déjà été garde malade. C’est seulement au malade qu’on réserve une place mais toi garde-malade, tu dois te débrouiller. Tu peux même dormir sur une natte jusqu’à ce que le malade sera guéri » ;
  • « J’ai remarqué que plus tu es dans un grand hôpital, c’est plus difficile pour le garde-malade de trouver un lit vu que il y a plusieurs malades là. Quand il fait nuit, il fait froid vu qu’on est à l’extérieur et on n’a pas où s’abriter dans ce genre des circonstances » ;
  • « J’ai l’habitude de garder les malades à l’hôpital. Il y a plusieurs problèmes. Parfois, tu arrives il n’y a pas de lit, de couvertures. Là, on est obligé de rentrer récupérer la couverture à la maison et venir avec à l’hôpital, voilà le challenge ».

Le groupe d’accompagnement des malades GRAM en sigle, une association sans but lucratif œuvrant en ville de Goma appelle les autorités sanitaires à tout mettre en action pour améliorer les conditions des garde-malades.

« Cette problématique est beaucoup plus large. Au niveau de la structure, il y a des  infrastructures, des moyens insuffisants pour avoir l’infrastructure adéquate et avoir les  matériels  comme par exemple les lits et parfois elles n’ont pas de choix que de s’occuper des malades, sans prendre en compte les garde-malades. Tout ce que je peux  dire, il y a vraiment nécessité   d’améliorer le système de santé dans sa globalité et améliorer la qualité des soins à apporter aux malades mais aussi prendre en compte l’apport des garde-malades puisque c’est vraiment quelque chose de très pertinent », nous confie AJABU Marcel, coordonnateur de l’organisation GRAM en ville de Goma

Le médecin chef de zone de santé de Karisimbi et de Goma n’ont pas été joignables pour expliquer les raisons de ce manque d’infrastructures pour héberger les garde-malades.

Signalons que la journée mondiale du malade fut instituée en mai 1992 par le pape Jean Paul II mais a été célébrée pour la première fois le 11 février 1993. Cette journée vise rendre hommage à Notre Dame des Lourdes pour les croyants qui cherchent un temps spécial de prière. Selon la foi catholique, la vierge Marie est apparue à maintes fois dans cette commune française et guérissait les malades.

Prosper Heri Ngorora

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait