Accueil Actualités Un jeune garçon gagne entre 5 et 10 $ par jour en...

Un jeune garçon gagne entre 5 et 10 $ par jour en puisant de l’eau dans le Lac Kivu avec un risque de se noyer (Reportage)

136
Crédit-photo : radiookapi.net

Ça fait maintenant 4 jours que la grande partie de la ville de Goma n’a pas d’eau et de l’électricité. Une situation  qui touche beaucoup plus la commune de Goma.

Reportage :

Parlant de l’eau, ils étaient plusieurs dizaines, la plupart des enfants et des femmes qui étaient au lieu communément appelé Kamuchanga, allant au port public de Goma, au dos du Mont Goma avec des bidons en main pour chercher de l’eau.

La plupart disent avoir fait de longues distances à pied.

  • « Je viens de Birere et je suis venue puiser de l’eau. L’accès à l’eau devient un véritable casse-tête. J’implore les autorités étatiques de nous l’envoyer » ;
  • « L’eau devient rare. Nous venons de Kabutembo pour venir puiser ici. C’est quoi ça ? Qu’on nous envoie de l’eau » ;
  • « Nous sommes à la recherche de l’eau. Pouvons-nous manquer de l’eau en la présence du lac ? Nous souffrons. Nous provenons de Kilijwe juste pour puiser de l’eau ici » ; 
  • « Nous souffrons. Chaque jour, nous n’avons pas accès à l’eau. Que la REGIDESO nous envoie de l’eau. Nous puisons un bidon à 500 francs et 1000 francs ».

Ce jeune homme par exemple, dit avoir risqué sa vie. Pour gagner de l’argent, il profite de la situation en puisant pour les autres dans le lac. Il gagne entre 5 et 10 dollars américains par jour juste pour puiser de l’eau.

« Mon seul travail ici, c’est de puiser de l’eau pour ceux qui ont des moyens. Et je fais 10 bidons pour 1000 francs. Je prends de l’eau claire sous cet arbre. Les gens ne sont pas nombreux ce lundi comme dimanche dernier. Aujourd’hui, j’ai gagné 5 500 francs ».

Ainsi la demande en chlore a fortement explosée.

« Le problème, c’est le manque du chlore. C’est nous-mêmes qui le cherchons de nos propres moyens. C’est très difficile de servir toute cette population avec le chlore. Nous voulons que le maire de ville et le gouvernement provincial nous viennent en aide.

Depuis hier, le stock en chlore est fini et avons chloré plus de 30 000 milles bidons », témoigne un volontaire.

Le directeur provincial de la REGIDESO charge la SNEL d’être à la base de ce problème de carence d’eau. La SNEL ne lui fournit pas d’électricité.

Depuis le vendredi de la semaine écoulée, la SNEL venait de produire un communiqué dans lequel elle s’excuse auprès de sa clientèle. Le directeur provincial de cette entreprise parle d’une panne sur la ligne haute tension depuis le 31 janvier dernier et que l’équipe de maintenance était à pied d’œuvre pour rétablir l’électricité. Des témoins à Minova précisent que les travaux se poursuivaient jusque ce lundi soir. Peut-être que la solutione sera trouvé d’ici peu, indique-t-il.

Prosper Heri Ngorora

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait