Accueil Actualités Décès du chef autoproclamé de Munigi : il fallait l’arrêter et non...

Décès du chef autoproclamé de Munigi : il fallait l’arrêter et non le neutraliser (Société Civile)

289
Crédit-photo : larepublique.net

SIKITU MUDEI KIFENDE, membre de la famille régnante et qui s’est autoproclamé mercredi dernier chef du groupement MUNIGI a été tué ce vendredi, tôt le matin au Village BUSHARA par les forces de l’ordre où il venait d’ériger illégalement un bureau parallèle.

Plusieurs témoins rencontrés sur le lieu du drame ce vendredi vers 9 heures confirment que SIKITU KIFENDE a reçu une balle à la tête lors d’une intervention militaire à 5h00 du matin.

Mais tout a commencé la veille. Les policiers qui voulaient venir exécuter l’ordre de l’administrateur de territoire en arrêtant ce jeune homme ont été face à une résistance qui s’est soldé par un échange des tirs. Les proches du défunt soulèvent l’innocence de leur fils.

Voici leur déclaration :

Mais cette version est contredite par cette femme qui dit avoir vécu la scène. Elle parle d’un échange de tirs entre les jeunes proches du chef autoproclamé et les éléments FARDC venus en intervention secourir les policiers. Ici, un policier a été blessé. Son arme ravi et l’enfant de kifende tué et un autre policier blessé aux jambes, temoigne-t-elle.

Le bureau que ce mwami venait d’ériger dans la lave a été à moitié démoli. Le drapeau de la RDC hissé à ce lieu récupéré par les forces de l’ordre. Certains habitants environnant commencent à vider le lieu.  

Vers 11 heures, un conseil de sécurité d’urgence a été convoqué par l’administrateur de territoire. Au sortir, c’est son adjoint qui donne la version officielle de faits, le Colonel Maloss.

Selon la même source, 10 personnes ont été arrêtées et transférées à l’auditorat militaire. La société civile qui a été associée à cette réunion d’urgence parle des droits de l’homme bafoués, quelques soient les circonstances.

Son président MAMBO KAWAYA croit qu’il fallait l’arrêter au lieu de le neutraliser.

Voici les dernières paroles de MUDEI KIFENDE, pendant qu’il s’intronisait ce mercredi, c’est-à-dire deux jours avant.

Le chef de la chefferie s’était prononcé sur le dossier le même jour en appelant la population au calme.

Bienvenu Bitwaiki

Notons que le corps a été amené à la morgue par les forces de l’ordre. L’administrateur de territoire appelle la population au calme.

Jérémie Kihambu

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait