Accueil Actualités Etat de siège : Les activités socioéconomiques reprennent timidement à Butembo

Etat de siège : Les activités socioéconomiques reprennent timidement à Butembo

142
Crédit-photo : acturdc.com

Les activités socioéconomiques ont repris timidement ce lundi en ville de Butembo. Cela après un avant-midi sans boutique ni magasin ouvert sur appel du mouvement citoyen Lutte pour le Changement LUCHA qui a demandé aux commerçants d’observer une journée ville morte de deux jours suite à l’Etat de siège qui a échoué.

Il a fallu la présence de l’autorité urbaine sur la face publique pour contredire la volonté de ces citoyens et ainsi lancer le début des travaux économiques.

Reportage :

« Depuis le matin jusque 11 heures, presque tous les magasins étaient fermés au Centreville ; de part Rue d’ambiance à la Rue Kinshasa passant par le boulevard Joseph Kabila Kabange, le constat était le même.

Les opérateurs économiques rencontrés debout devant les portes fermées de leurs magasins disaient craindre d’éventuels troubles. Il a fallu la descente sur terrain du Maire de Butembo avec le Comité urbain de sécurité pour que les activités reprennent:

L’autorité urbaine, MOA BAYIKITELI ROGER a sensibilisé les opérateurs économiques à vaquer à leurs occupations, une mission qui s’est déroulée sans aucun incident grave.

Le Commandant Ville de la Police le Commissaire Supérieur PAUL NGOMA TOTO était aussi dans la suite de l’autorité urbaine : En l’Etat de siège, il y a des mesures draconiennes qu’on doit suivre et le tout est défini dans l’article 85 ; là on ne peut pas reculer. Même les gens qui ont lancé le tract n’ont dérangé depuis le matin, sauf par stress peut-être que 10 à 15% n’ont pas ouvert leurs portes ; j’espère que d’ici là tout le monde va ouvrir leurs portes.

Il faut aussi signaler que pour ceux qui résistaient à ouvrir leurs portes la police photographiait les numéros du magasin –pour quelle fin ?- se demandaient certains habitants, mais pour le commandant Ville de la Police, il n’y a pas à s’inquiéter : Ça c’est une assurance. On ne va inquiéter personne. Nous voulons aussi savoir qui sont derrière le gouvernement et qui sont derrière les hors la loi. Puisque si vous êtes derrière le gouvernement, nous sommes dans un état exceptionnel ; quand le maire de la ville dit, il faut suivre.

Le mouvement citoyen qui a appelé à ces deux journées de ville morte lundi et mardi dit ne pas être rassuré par les efforts de l’Etat de siège pour mettre fin à l’insécurité vécue à l’Est de la RDC. »

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait