Accueil Actualités Sud-Kivu : L’armée enquête sur le meurtre d’un président des motards à...

Sud-Kivu : L’armée enquête sur le meurtre d’un président des motards à Luvungi

130
Crédit photo : blogs.Ise.ac.uk

Une personne tuée et deux autres blessées par balles, le fait s’est déroulé la nuit de lundi vers 22h30 à Luvungi dans la plaine de Ruzizi, territoire d’Uvira dans la province du Sud-Kivu.

Nos sources sur place soulignent qu’il s’agit d’un élément FARDC qui a tiré à bout portant sur trois civils après que ceux-ci lui ont refusé une bouteille de bière. Une situation qui a créé une manifestation en colère de la population l’avant-midi de ce mardi. 

ALAIN FERUZI, un journaliste locale qui nous rapporte la nouvelle indique qu’il s’agit d’un militaire FARDC du 341ème bataillon. Ce commando était basé à LUVUNGI. Il a tiré sur trois personnes dans un nganda appelé Villages de princes. Parmi les personnes fusillées figurent le propriétaire du nganda, une fille voisine de ce nganda et un client qui prenait une bouteille de bière. Ce client qui était dans ce nganda a été identifié comme étant le président de motards.

FARADJA (ici le client), le président de motards est mort sur le champ et le propriétaire de cette maisonnette a été touché par balles au dos et la fille a été touchée sur son bras. Les deux sont admises dans une structure sanitaire ici à Luvungi.

Tôt le matin, les jeunes en colère ont barricadé la RN5 en quittant Luvungi vers Mirungu pour réclamer le départ de ces commandos qui sont basés à Luvungi.

Contacté à ce sujet, le porte-parole de l’armée DIEU DONNE KASEREKA réfute toutes ces allégations et parle des bandits munis d’armes à feu.

«C’est une fausse information donné par des personnes de mauvaises foi. Aucun militaire basé à Luvungi n’utilise cette arme.

Tous les militaires utilisent les armes du type AK47 mais ce bandit a utilisé une arme du type R4. Nous avons lancé les enquêtes et nous sommes sur les bons chemins. Nous savons que ces gens seront arrêtés », nous confie le porte-parole de l’armée. 

Déodatte Bahati

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait