Accueil Actualités BENI : 4 personnes tuées par des présumés ADF à OICHA

BENI : 4 personnes tuées par des présumés ADF à OICHA

162
Crédit photo : digitalcongo.net

Quatre personnes dont deux femmes ont été tuées à la machette dans leurs maisons par de présumés ADF ce mardi vers 21h à Oicha, chef-lieu du territoire de Beni.

Deux autres personnes ont été grièvement blessées et six portées disparues lors de la même attaque. Le drame s’est passé sur avenue Majengo, quartier Mbimbi. 

Paluku BONNE ANNEE, président de la société civile d’Oicha témoigne :

« Ils sont entrés dans les maisons des habitants. Ils ont emportés certains biens et même égorgé des poules et ça, c’est un grand problème que nous venons de vivre encore en commune d’OICHA.

Nous venions de passer trois mois dans un bon climat pensant que l’ennemi était loin mais nous nous sommes trompés. Il était près. Il vient de commettre ses bavures et les habitants sont tristes. Ils se sentent maintenant en insécurité.

Les habitants demandent aux autorités militaires de bien assumer leurs responsabilités puisque c’est anormal que les civils soient tués à l’intérieur de la commune lorsqu’ils savent qu’ils ont les militaires pour leur sécurité. Parce que là où il y a eu tueries, se trouvent des bureaux de la police tout près et des camps militaires tout près. Mais l’ennemi est quand même parvenu à entrer et tuer la population. »

Contacté, le porte-parole des FARDC dans la zone ne s’est pas prononcé sur la question.

Depuis que l’armée congolaise a neutralisé, il y a quatre jours un élément identifié comme un de cerveaux moteurs de ce mouvement rebelle ougandais, la population s’en est réjoui.

Les assaillants ont multiplié une série d’attaques dans la région. Ils ont même abandonné des tracts annonçant vouloir venger l’un de leurs. Mais dans une conférence de presse animée ce mardi à Beni par le chef de commandement des opérations militaires dans la zone, il a parlé d’une stratégie de l’ennemie pour déstabiliser la population. Mais les FARDC ne vont pas céder.

Natasha Sekeraviti

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait