Accueil Actualités Haine, tribalisme, groupes armés, ce trio ne résoudra rien au Nord-Kivu !

Haine, tribalisme, groupes armés, ce trio ne résoudra rien au Nord-Kivu !

353
Crédit photo : 237online.com

S’il n’y a pas toujours eu de paix en RDC c’est parce que l’autorité de l’Etat est absente dans plusieurs zones du pays. Les jeunes sont abandonnés à leur triste sort. Ils sont sans emploi. Les militaires sont très moins payés et incontrôlés. Pas de collaboration entre les cadres de base, les services de sécurité (ANR, Police) et autorités d’instances plus ou moins supérieures (Chef des quartiers, Bourgmestres, Maire de ville, Gouverneurs et autres),…

Cela entraîne ainsi un  laisser-aller, un laisser-agir tant dans les chefs des militaires incontrôlés, des bandits bénéficiant de la porosité des frontières,  que des jeunes désœuvrés qui s’enrôlent massivement dans les groupes armés.

Ces propos sont une réponse des habitants de Goma. Ils réagissaient dans l’émission Tasse de paix sur les causes de l’insécurité et qui constituent des obstacles à la paix.

Les obstacles à la paix sont multiples

Pour sa part, le professeur Docteur Joseph KITAGANYA, Directeur général de l’Institut Supérieur de commerce ISC- GOMA, les obstacles à la paix en RDC sont multiples et les plus éminents sont l’ignorance, le népotisme, le manque du patriotisme, l’incompétence dans les chefs de ceux qui gèrent les instances à tous les niveaux, les conflits fonciers, le tribalisme, l’ethnicisme, le favoritisme, le régionalisme et consorts.

Abordant la question de l’ignorance qu’il place d’ailleurs en première position, si les groupes armés pullulent dans la zone, c’est parce qu’ils ne sont pas sensibilisés sur la paix, ils vivent sans repères et n’ont pas de modèle à suivre. Plusieurs jeunes vont en brousse pas parce qu’ils l’ont voulu, mais parce qu’ils sont menés à bateau par des personnes aux intentions obscures.

Le tribalisme bloque le développement

S’agissant du tribalisme, le professeur exprime un regret de voir les gomatraciens se disputer autour des questions ethniques au lieu de voir comment développer ensemble la province. « Pendant qu’ailleurs on réclame le cosmopolitisme, chez nous le régionalisme et l’ethnicisme nous divisent »…  regrette le professeur.

Particularité faite à la ville de Goma qui a plusieurs potentialités pour aller de l’avant, Joseph KITAGANYA déplore et dénonce l’attitude des habitants de Goma qui se distinguent par le collinisme. Pour lui, le fait que les gens issus de Beni, Rutshuru, Lubero se cantonnent à Buhene, Majengo ; que ceux qui sont issus de Masisi et Walikale se concentrent à Ndosho sans occuper les autres coins de la ville, est une anti-valeur à combattre et qui ne fait rien avancer au pays en termes de paix. Il faut que les gens cessent de faire prévaloir leurs ethnies au détriment des autres. Il faut plutôt que les gens promeuvent le vivre ensemble.

Les groupes armés ne vont rien apporter

Le fait qu’il y ait au pays des groupes armés liés aux ethnies, le fait que plusieurs pensent que pour avoir des postes importants dans le gouvernement il faut passer par des groupes armés, cela témoigne que l’ignorance a gagné les cœurs de plusieurs citoyens.

Ce qui importe pour le bien-être de tous les congolais, c’est la promotion des qualités des uns et des autres, et non se focaliser sur les faiblesses des autres. « Moi, j’insisterai sur l’unité dans la diversité et la diversité dans l’unité tout en respectant les spécificités de toute personne » a-t-il conclu.

John TSONGO

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait