Accueil Actualités CENI : Les auteurs des violences contre les manifestants vont répondre devant...

CENI : Les auteurs des violences contre les manifestants vont répondre devant la justice (Gouverneur)

315
Image d'illustration : rfi.fr

Le gouverneur du Nord-Kivu souhaite voir devant la justice tous les auteurs des violences à l’égard des manifestants. Chose qui réjouit la Jeunesse de Lamuka ici en province.

Selon ces jeunes, les coupables méritent des sanctions en fonction du degré des dommages causés aux victimes lors de dernières marches pacifiques contre l’entérinement de Ronsard Malonga à la tête de la Commission Nationale Electorale et Indépendante CENI.

La Coordination provinciale de la Jeunesse de Lamuka demande à l’autorité provinciale de faire de même pour tous les policiers qui ont torturé et blessé un grand nombre des manifestants pacifiques afin qu’eux aussi soient poursuivis par l’auditorat militaire.

ROBERT ZIWABANZA, jeune au sein de Lamuka :

« Nous nous disons que nous sommes dans un état de droit, dans un état de droit c’est l’Etat qui respecte d’abord ses lois. Il faut qu’on puisse ouvrir les enquêtes par l’auditorat militaire pour ce qui concerne les policiers et le parquet du Tribunal de Grande Instance comme l’a demandé le Gouverneur de province sur les manifestations non seulement de ce lundi mais aussi de jeudi de l’UDPS et celle de mercredi auxquelles nous avons tous pris part. Pourquoi le gouverneur peut aller visiter le policier blessé oubliant plusieurs citoyens aussi qui ont été blessés ? »

Ce lundi 13 juillet, le Gouverneur venait de rendre visite le policier qui était blessé lors des manifestations. Ce policier prenait des soins au niveau de Heal Africa. A cette occasion, le gouverneur Carly Nzanzu Kasivita a dit ce qui suit :

 « Nous allons inviter le procureur de la République pour ouvrir une information judiciaire, parce que nous ne pouvons pas continuer à laisser les actes inciviques impunis, nous voudrions que les droits de chacun à manifester soient respectés, mais dans le respect de lois de la République.

Pour nous, nous sommes choqué par ce comportement surtout que nous avions déjà quelques informations. Ils ont même ravi l’arme de ce policier, c’est un acte criminel qu’il faut condamner car c’est ça aussi l’Etat de droit. »  

Pour rappel, des mouvements citoyens ainsi que certains partis politiques de l’opposition conjuguent actuellement les mêmes efforts pour dire non à l’entérinement de Ronsard Malonda à la tête de la CENI.

Entre temps, le FCC prévoit ses manifestations d’appui aux institutions du pays à une date ultérieure. Une date qui sera confirmée dès la levée de la mesure d’Etat d’urgence au pays.

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait