Accueil Actualités Goma : Pour une seule condition, la police a accepté la marche...

Goma : Pour une seule condition, la police a accepté la marche anti-Malonda de ce lundi

450
Marche des militants de la Lucha, Photo : mediacongo.net

La marche de Lamuka avec des mouvements citoyens contre Ronsard Malonda à la tête de la CENI a eu lieu ce lundi à Goma. Contrairement à ce qui était prévu, la police a exigé aux manifestants à se regrouper en équipe réduite en vue de respecter les mesures barrières contre la Covid-19.

Fiston Muhindo, REPORTAGE :

Déjà vers 10 heures, plusieurs manifestants étaient amassés au point de départ. Ils sont des mouvements citoyens Lucha, Amka Congo et des partis politiques de la coalition Lamuka.

Vu le non-respect des mesures barrières par certains manifestants, la police a été obligée d’agir en exigeant aux manifestants de se grouper à 15 personnes pour que ça soit eux qui marchent.

Ceux-ci vont finalement obtempérer à la décision. Ce groupe va en grande partie être composé des députés provinciaux de l’opposition et des leaders des mouvements citoyens.

Ils vont prendre la direction vers le musée. Au cours de la marche, certaines personnes qui ont été contraintes de rentrer chez elles vont chercher à s’infiltrer parmi les manifestants. Malheureusement, certains vont être appréhendés par les agents de l’ordre et ils seront directement arrêtés. Vers 12heures, ils atterrissent au musée. Encore ici, sont les députés qui auront droit d’y entrer pour lire leur mémorandum, un document qui reprend leurs revendications.

Jean Paul Ngahangondi est celui qui a été leur porte-parole. Il a dit ce qui suit :

« Nous demandons au président de rejeter les propositions des lois Minaku et Sakata, aussi qu’il brise les accords entre lui et Kabila, qu’il poursuive tous ceux qui ont pillé les richesses de notre pays la RDC, de sanctionner tous les auteurs des violations flagrantes des droits humains, tous ceux-là qui sont à la base des tueries dans la partie orientale de la RDC, qui soutiennent les groupes armés en RDC. Et nous demandons aux députés de Kinshasa de travailler pour le bien être de la population et non pour les regroupements politiques. »

C’est la vice-gouverneur Marie Lumoo qui a réceptionné ladite déclaration. Le ministre provincial de l’intérieur, Jean Bosco Sebishimbo a dit à la presse que les revendications des manifestants seront transmises à qui de droit c’est-à-dire au président de la République.

Cependant, la Lucha dit avoir enregistré 2 de ses militants arrêtés. Mais l’opposition dit jusque-là ne pas connaitre le chiffre exact des personnes arrêtées.

Notre reporter a fait la ronde de quelques coins stratégiques de la commune de Goma et celle de Karisimbi. C’est comme au rondpoint Bdgl, Rutshuru, Signers, marché Virunga, rond-point Mutsinga, Deux Lampes, Instigo jusqu’au marché alanine. Sur la chaussée de la route deux lampes et Chez Kimburu, les traces des pierres étaient visibles.

C’est vers les après-midi que votre rédaction apprendra que certaines personnes commençaient à se soulever à Majengo. Mais les organisateurs de la marche disent ne pas être responsables de ces troubles.

Le député Kakule Saasita a d’ailleurs fustigé le son qui circulait depuis dimanche dans les réseaux sociaux l’accusant de préparer des troubles ce lundi 13 juillet dans quelques quartiers de la commune de Karisimbi.

Fiston Muhindo

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait