Accueil Actualités GOMA : Les commerçants respirent l’air pollué chaque jour autour de la...

GOMA : Les commerçants respirent l’air pollué chaque jour autour de la Mosquée de Birere

679
Crédit photo : mediacongo.net

Ça fait maintenant trois semaines  qu’une montagne d’immondices s’est formée à Birere près de la mosquée sur avenue Bukavu. Avec une odeur nauséabonde, on croirait être en face d’une poubelle alors qu’il s’agit juste des déchets sauvages déposés sur cette rue très fréquentée au centre-ville de Goma.  

Ce n’est pas l’unique. Tout près de là, il y a une autre  poubelle qui s’est formée aussi en petite colline du côté où l’on vend des poules. Toujours sur la même rue  dénommée avenue Bukavu, les revendeurs des légumes, viandes, épices assistent à la dégradation de la qualité de l’air sans rien dire.

Seuls les cache-nez essayent d’atténuer l’odeur que dégagent les deux poubelles.  C’est vraiment déplorable en dépit de la taxe perçue par la mairie comme dit ici cette femme :

« Nous vivons la souffrance, on aspire l’air pollué. D’ailleurs la plupart de ces immondices proviennent en grande partie des ménages environnants, ces gens viennent déposer les déchets des poissons qu’ils mangent chez eux. Cela nous expose à la fièvre typhoïde.

La seule façon de nous protéger c’est évacuer cette poubelle. Avant le véhicule de la mairie passait évacuer et nous payions des taxes pour l’évacuation des déchets. Surtout nous qui détenons les portes des dépôts. Ça fait trois semaines que la saleté est toujours là. Nous ne savons pas ce à quoi il pense (Maire). On ne sait pas si les immondices sont devenues de la bouffe qu’il laisse devant nous pour que nous la mangions. »

Et les gens qui étalent leurs marchandises à ce lieu, n’ont-ils vraiment pas peur  de ce que cela peut causer comme dommage ?  Un jeune revendeur de poule trouvé sur place révèle qu’il s’est déjà accommodé à cette odeur.

« Nous sommes habitués à cohabiter avec cette poubelle parce que nous n’avons pas de refuge. C’est ici que nous gagnons l’argent. Si c’était possible pour nous, on ne pouvait pas accepter que les gens viennent jeter leurs saletés ici.

S’ils nous captent réellement ici, qu’il cherche pour nous un endroit où les gens peuvent jeter leurs saletés puisque ça ne nous réjouit pas et en plus ici c’est la route. »

Normalement, l’évacuation de ces immondices est prévue pour chaque semaine. Mais qu’est-ce qui bloque ?

GREGOIRE MUTACHI chargé de l’assainissement en ville de Goma répond :

« Nous sommes saisi de la situation, nous y avons été en descente. Nous avons juste préféré que cette évacuation se fasse lors de salongo comme ce samedi »

Signalons que les maisons environnantes profitent de cette situation pour jeter aussi les déchets ménagers à cet endroit.

Magloire Mutulwa

Laisser une reponse

Votre commentaire
votre nom s'il vous plait